Mai
15
2008

Man francais Hping


Voici un man en français pour Hping 2 que j’ai pris sur le site de underground54.serveurperso.com.

HPING2(8)                                               HPING2(8)

NOM
       hping2 – envoie des paquets TCP/IP (presque) arbitraires à
       des systèmes réseaux

RESUME
       hping2 [ -hvnqVDzZ012WrfxykQbFSRPAUXYjJBuTG ] [ -c count ]
       [ -i wait –fast ] [ ] [ -I interface ] [ -9 signature ] [
       -a host ] [ -t ttl ] [ -N ip id ] [ -H ip protocol ] [  -g
       fragoff ] [ -m mtu ] [ -o tos ] [ -C icmp type ] [ -K icmp
       code ] [ -s source port ] [ -p[+][+] dest port ] [ -w  tcp
       window ] [ -O tcp offset ] [ -M tcp sequence number ] [ -L
       tcp ack ] [ -d data size ] [ -E filename ] [ -e  signature
       ]  [  –icmp-ipver  version  ]  [ –icmp-iphlen length ] [
       –icmp-iplen length ] [ –icmp-ipid id ] [  –icmp-ipproto
       protocol  ]  [  –icmp-cksum  checksum  ]  [ –icmp-ts ] [
       –icmp-addr ] [ –tcpexitcode  ]  [  –tcp-timestamp  ]  [
       –tr-stop  ]  [  –tr-keep-ttl ] [ –tr-no-rtt ] [ –rand-
       dest ] [ –rand-source ] hostname

DESCRIPTION
       hping2 est un outil réseau capable d’envoyer  des  paquets
       TCP/IP sur commande et d’afficher les réponses de la cible
       comme le programme ping le fait avec  les  réponses  ICMP.
       hping2 traite la fragmentation, les contenus de paquets et
       les tailles arbitraires, et peut être utilisé dans le  but
       de  transférer des fichiers encapsulés dans les protocoles
       supportés.  En  utilisant   hping2   vous   êtes   capable
       d’effectuer au moins les tâches suivantes :

        – Tester les règles d’un firewall
        – Scanner des ports de façon avancée
        -  Tester les performances réseau en utilisant différents
       protocoles, tailles de paquets, TOS (type de  service)  et
       fragmentation.
        – Découverte de "Path MTU"
        -  Transférer  des  fichiers même au travers de règles de
       firewall vraiment fascistes.
        – Comme traceroute avec différents protocoles.
        – Utilisation comme Firewalk.
        – Détermination d’OS à distance.
        – Audit de pile TCP/IP.
        – Beaucoup d’autres.

       C’est également un bon  outil  didactique  pour  apprendre
       TCP/IP.     hping2   est   développé   et   maintenu   par
       antirez@invece.org et est sous la version 2 de la  licence
       GPL.   Le   développement  est  ouvert  donc  vous  pouvez
       m’envoyer des patches, suggestions et affronts sans  inhi­
       bition.

SITE DE HPING
http://www.hping.org Vous pouvez trouver à la fois la ver­
       sion  stable  et  les  instructions  pour  télécharger  le
       dernier code source sur http://www.hping.org/download.html

OPTIONS DE BASE
       -h –help
              Montre l’écran d’aide sur la sortie standard,  donc
              vous pouvez rediriger vers less.

       -v –version
              Montre  l’information  de version et l’API utilisée
              pour accéder au niveau données (data  link  layer),
              linux sock packet ou libpcap

       -c –count count
              Arrête  après  avoir envoyé (et reçu) count paquets
              réponse. Après que le dernier paquet a  été  envoyé
              hping2  attend  COUNTREACHED_TIMEOUT  secondes  les
              réponses du système cible. Vous avez la possibilité
              de régler COUNTREACHED_TIMEOUT en éditant hping2.h

       -i –interval
              Attend  le  nombre spécifié de secondes ou de micro
              secondes entre l’envoie de chaque paquet.  –inter­
              val  X  fixe  wait à X secondes, –interval uX fixe
              wait à X micro secondes. Le défaut  est  d’attendre
         &#160

;    une  seconde  entre  chaque  paquet.  En  utilisant
              hping2 pour transférer  des  fichiers  fixer  cette
              option est très important pour augmenter le taux de
              transfert. Même en utilisant hping2 pour  effectuer
              des  scans  passifs/avec  usurpation d’adresse vous
              devriez fixer cette option, voir HPING2-HOWTO  pour
              plus d’informations.

       –fast Alias pour -i u10000. Hping envoiera 10 paquets par
              seconde.

       -n –numeric
              Sortie numérique  seulement,  aucune  tentative  ne
              sera  faite pour chercher les noms symboliques pour
              les adresses système.

       -q –quiet
              Sortie silencieuse. Rien n’est affiche excepté  les
              lignes  de  résume  au moment du démarrage et quand
              c’est fini.

       -I –interface interface name
              Par défaut sur les systèmes  linux  et  BSD  hping2
              utilise  l’interface  de  routage  par  défaut. Sur
              d’autres systèmes ou quand il n’y a pas d’interface
              de  routage  par  défaut hping2 utilise la première
              interface non loopback.  Quoi qu’il  en  soit  vous
              avez  la  possibilité  de  forcer hping2 à utiliser
              l’interface dont  vous  avez  besoin  en  utilisant
              cette  option.  Note  :  vous  n’avez pas besoin de
              spécifier le nom complet, par exemple -I et va cor­
              respondre  à  eth0  ethernet0  myet1  et cetera. Si
              aucune  interface  ne  correspond  hping2  essayera
              d’utiliser lo.

       -V –verbose
              Active  la sortie verbeuse. Les réponses TCP seront
              affichées comme suit :

              len=46 ip=192.168.1.1  flags=RA  DF  seq=0  ttl=255
              id=0   win=0   rtt=0.4   ms  tos=0  iplen=40  seq=0
              ack=1380893504 sum=2010 urp=0

       -D –debug
              Active le mode de débogage, c’est utile quand  vous
              rencontrez quelques problèmes avec hping2. Quand le
              mode de débogage est activé  vous  obtiendrez  plus
              d’informations  à propos de la détection des inter­
              faces, de l’accès au niveau données, du réglage des
              interfaces, des options d’analyse, de la fragmenta­
              tion, du protocole HCMP et d’autres choses.

       -z –bind
              lie CTRL+Z au time to live (TTL) ainsi  vous  serez
              capable   d’incrémenter/décrémenter   le   ttl  des
              paquets sortant en  pressant  CTRL+Z  une  ou  deux
              fois.

       -Z –unbind
              dé-lie  CTRL+Z  ainsi  vous serez capable d’arrêter
              hping2

SELECTION DE PROTOCOLE
       Le protocole par défaut est TCP, par défaut hping2 enverra
       des  entêtes  TCP  sur le port 0 du système cible avec une
       winsize (ndt : taille de fenêtre) de 64 sans aucun drapeau
       TCP activé. Souvent c’est la meilleure manière de faire un
       ‘ping caché’, utile quand la cible est derrière  un  fire­
       wall  qui jette ICMP. De plus un paquet TCP null-flag (ndt
       : sans drapeau) vers le port 0 a de bonnes probabilités de
       ne pas être journalisé.

       -0 –rawip
         &#

160;    mode RAW IP, dans ce mode hping2 enverra une entête
              IP avec les données ajoutées avec –signature et/ou
              –file,  voir également –ipproto qui vous autorise
              à fixer le champ protocole IP.

       -1 –icmp
              mode ICMP, par défaut hping2 enverra un paquet ICMP
              echo-request,  vous pouvez fixer un autre type/code
              ICMP en utilisant les options –icmptype –icmpcode

       -2 –udp
              mode UDP, par défaut hping2 enverra des paquets UDP
              vers le  port  0  du  système  cible.  Les  options
              réglables  des  entêtes  UDP  sont  les suivantes :
              –baseport, –destport, –keep.

       -9 –listen signature
              mode d’écoute de HPING2, en utilisant cette  option
              hping2 attend les paquets qui contiennent signature
              et exporte de la fin de la signature à  la  fin  du
              paquet.  Par exemple si hping2 –listen TEST lit un
              paquet qui contient 234-09sdflkjs45-TESThello_world
              il affichera hello_world

OPTIONS IP
       -a –spoof hostname

              Utiliser  cette  option  dans  le  but de fixer une
              fausse adresse source, cette option assure  que  le
              système cible n’obtiendra pas votre adresse réelle.
              Quoi qu’il en soit les réponses seront  envoyées  à
              l’adresse  usurpée, ainsi vous ne serez pas capable
              de les voir. Afin de voir comment il  est  possible
              d’effectuer    des    scans   avec   des   adresses
              usurpées/passifs voir le fichier HPING2-HOWTO.

       –rand-source
              Cette  option  active  le  mode  source  aléatoire.
              hping enverra des paquets avec des adresses sources
              aléatoires. Il  est  intéressant  d’utiliser  cette
              option  pour  stresser les tables d’étât d’un fire­
              wall, et d’autres tables dynamiques basées sur  les
              IP dans les piles TCP/IP et les firewall logiciels.

       –rand-dest
              Cette option active le mode destination  aléatoire.
              hping enverra des paquets à des adresses aléatoires
              obtenues  en  suivant  la  règle  que   vous   avez
              spécifiée  comme système cible. Vous avez besoin de
              spécifier une adresse  IP  numérique  en  tant  que
              système   cible   comme   10.0.0.x.    Toutes   les
              occurences de x seront remplacées  avec  un  nombre
              aléatoire   dans  l’intervalle  0-255.  Ainsi  pour
              obtenir des adresses IP internet dans l’espace IPv4
              complet  utilisez quelque chose comme hping x.x.x.x
              –rand-dest.  Si vous  n’êtes  pas  sûrs  du  genre
              d’adresses   que   votre   rêgle   génère   essayez
              d’utiliser l’option –debug  pour  afficher  chaque
              nouvelle  adresse destination générée.  Attention :
              quand cette option est activée hping  ne  peut  pas
              détecter  la  bonne  interface  de  sortie pour les
              paquets,  ainsi  vous   devez   utiliser   l’option
              –interface  pour  sélectionner l’interface de sor­
  &

#160;           tie.

       -t –ttl time to live
              En utilisant cette option vous pouvez fixer le  TTL
              (time to live) des paquets sortant, il est vraisem­
              blable que vous utiliserez ceci  avec  les  options
              –traceroute  ou  –bind  Dans  le  doute essayez `
              hping2 some.host.com -t 1 –traceroute ?.

       -N –id
              Fixe le champ ip->id . La valeur du  champ  id  par
              défaut  est  aléatoire mais si la fragmentation est
              activée et que le champ id n’est pas spécifié alors
              il  sera  égal à getpid() & 0xFF , mettre en oeuvre
              une meilleure solution est dans la liste TODO  (ndt
              : à faire).

       -H –ipproto
              Fixe le protocole IP dans le mode RAW IP.

       -W –winid
              Le  champ  id  des  systèmes  Windows*  ont un byte
              ordering (ndt : ordre  des  octets)  différent,  si
              cette  option  est activée hping2 affichera propre­
              ment les champs id des réponses de windows.

       -r –rel
              Affiche les incréments du champ id au lieu du champ
              id. Voir le fichier HPING2-HOWTO pour plus d’infor­
              mations. Les incréments ne sont pas calculés  comme
              id[N]-id[N-1] mais en utilisant une compensation de
              pertes de paquets. Voir  le  fichier  relid.c  pour
              plus d’informations.

       -f –frag
              Découpe  les  paquets  en fragments, ceci peut être
              utile afin de tester les performances de  la  frag­
              mentation  des  piles  IP  et de tester si certains
              filtres de paquets sont si faibles  qu’ils  peuvent
              être   passés  en  utilisant  de  petits  fragments
              (anachronique). Par défaut le ‘mtu virtuel’ (ndt  :
              taille des fragments) est de 16 octets. Voir égale­
              ment l’option –mtu

       -x –morefrag
              Fixe le drapeau IP "more fragments" (ndt : d’autres
              fragments),  utilisez  cette  option si vous voulez
              que le système cible envoie un  paquet  ICMP  time-
              exceeded  during  reassembly  (ndt  : délai dépassé
              durant le réassemblage).

       -y –dontfrag
              Fixe le drapeau IP "don’t fragment" (ndt :  ne  pas
              fragmenter),  ceci peut être utilisé pour effectuer
              un MTU path  discovery  (ndt  :  découverte  de  la
              valeur minimale de la "taille maximale des paquets"
              sur le chemin).

       -g –fragoff fragment offset value
              Fixe l’offset du fragment

       -m –mtu mtu value
              Fixe un ‘mtu virtuel’  différent  de  16  quand  la
              fragmentation est activée. Si la taille des paquets
              est supérieure au ‘mtu virtuel’ alors la fragmenta­
              tion est automatiquement activée.

       -o –tos hex_tos
              Fixe  Type  Of Service (TOS) (ndt : le type de ser­
              vice), pour plus d’informations essayez –tos help

       -G –rroute
              Enregistrer la route. Inclut l’option  RECORD_ROUTE
              dans  chaque&#

160; paquet  envoyé  et  affiche  la route
              présente dans le tampon du paquet  retourné.  Notez
              que  l’entête  IP n’est suffisamment large que pour
              neuf routes. Beaucoup de systèmes ignorent ou  sup­
              priment  cette  option. Notez également qu’en util­
              isant hping vous êtes capable  d’utiliser  l’enreg­
              istrement de la route même si le système cible fil­
              tre ICMP. Enregistrer la route est une  option  IP,
              non pas une option ICMP, ainsi vous pouvez utiliser
              l’option d’enregistrement de la route même dans les
              modes TCP et UDP.

OPTIONS ICMP
       -C –icmptype type
              fixe le type ICMP, le défaut est ICMP echo request

       -K –icmpcode code
              Fixe  le  code  ICMP,  le  défaut  est 0. (implique
              –icmp)

       –icmp-ipver
              Fixe la version IP de l’entête IP contenue dans les
              données ICMP, le défaut est 4.

       –icmp-iphlen
              Fixe  la  longueur de l’entête IP contenue dans les
              données ICMP, le défaut est 5 (5 mots de 32  bits).

       –icmp-iplen
              Fixe  la  longueur du paquet IP de l’entête IP con­
              tenue dans les  données  ICMP,  le  défaut  est  la
              taille réelle.

       –icmp-ipid
              Fixe  le  champ  IP id de l’entête IP contenue dans
              les données ICMP, le défaut est aléatoire.

       –icmp-ipproto
              Fixe le protocole IP de l’entête IP  contenue  dans
              les données ICMP, le défaut est TCP.

       –icmp-cksum
              Fixe  la  somme  de contrôle ICMP, le défaut est la
              somme de contrôle valide.

       –icmp-ts
              Alias pour –icmptype 13 (pour envoyer des requêtes
              ICMP timestamp)

       –icmp-addr
              Alias pour –icmptype 17 (pour envoyer des requêtes
              ICMP masque réseau)

OPTIONS TCP/UDP
       -s –baseport source port
              hping2 utilise le port source afin de  deviner  les
              numéros  de séquence des réponses. Il commence avec
              un numéro de port source de base, et incrémente  ce
              numéro  pour  chaque paquet envoyé. Quand un paquet
              est reçu alors le numéro de séquence peut être cal­
              culé        comme       port.source.réponse       –
              port.source.de.base Le  port  source  de  base  par
              défaut  est  aléatoire,  en  utilisant cette option
              vous êtes capable de fixer un numéro différent.  Si
              vous  avez  besoin  que  le port source ne soit pas
              incrémenté  pour  chaque  paquet  envoyé   utilisez
              l’option -k –keep

       -p –destport [+][+]dest port
              Fixe  le  port  destination, le défaut est 0. Si le
              caractère ‘+’ précède le numéro de port destination
              (i.e.  +1024)  le  port destination sera incrémenté
              pour chaque paquet reçu. Si deux ‘+’  précèdent  le
              numéro  de  port destination (i.e. ++1024), le port
        &#

160;     destination  sera  incrémenté  pour  chaque  paquet
              envoyé.   Par  défaut le port destination peut être
              modifié interactivement en utilisant CTRL+z.

       –keep garde constant le port source, voir –baseport pour
              plus d’informations.

       -w –win
              Fixe la taille de la fenêtre TCP. Le défaut est 64.

       -O –tcpoff
              Fixe un faux offset (ndt :  décalage)  des  données
              TCP. L’offset normal des données est tcphdrlen / 4.

       -M –tcpseq
              Fixe le numéro de séquence TCP.

       -L –tcpack
              Fixe le drapeau TCP ack.

       -Q –seqnum
              Cette option peut être utilisée afin  de  collecter
              les  numéros  de  séquence  générés  par le système
              cible. Ceci peut être utile quand vous avez  besoin
              d’analyser  si  les  numéros  de  séquence TCP sont
              prévisibles. Exemple de sortie :

              #hping2 win98 –seqnum -p 139 -S -i u1 -I eth0
              HPING uaz (eth0 192.168.4.41): S set, 40 headers + 0 data bytes
              2361294848 +2361294848
              2411626496 +50331648
              2545844224 +134217728
              2713616384 +167772160
              2881388544 +167772160
              3049160704 +167772160
              3216932864 +167772160
              3384705024 +167772160
              3552477184 +167772160
              3720249344 +167772160
              3888021504 +167772160
              4055793664 +167772160
              4223565824 +167772160

              La  première  colonne  reporte   les   numéros   de
              séquence,  la seconde la différence entre le numéro
              de séquence courant et le dernier. Comme vous  pou­
              vez  le  voir  les  numéros  de séquence du système
              cible sont prévisibles.

       -b –badcksum
              envoie des  paquets  avec  une  mauvaise  somme  de
              contrôle UDP/TCP

       –tcp-timestamp
              active l’option TCP timestamp, et essaye de deviner
              la  fréquence  de  mise  à  jour  du  timestamp  et
              l’uptime du système distant.

       -F –fin
              fixe le drapeau TCP FIN.

       -S –syn
              fixe le drapeau TCP SYN.

       -R –rst
              fixe le drapeau TCP RST.

       -P –push
              fixe le drapeau TCP PUSH.

       -A –ack
              fixe le drapeau TCP ACK.

       -U –urg
              fixe le drapeau TCP URG.

       -X –xmas
              fixe le drapeau TCP Xmas.

       -Y –ymas
              fixe le drapeau TCP Ymas.

OPTIONS COMMUNES
       -d –data data size
              fixe  la  taille  du corps du paquet. Attention, en
              utilisant –data 40  hping2  ne  générera  pas  des
              paquets  de  0 octet mais de entête_de_protocole+40
              octets. hping2 affichera en information  la  taille
              des  paquets  comme première l

igne de sortie, comme
              ceci : HPING www.yahoo.com (ppp0 204.71.200.67): NO
              FLAGS are set, 40 headers + 40 data bytes

       -E –file filename
              Utilise  le  contenu du  fichier filename pour rem­
              plir les données du paquet.

       -e –sign signature
              remplit d’abord longueur  de  signature  octets  de
              données  avec  signature.  Si longueur de signature
              est plus grand que la taille des données  alors  un
              message   d’erreur   sera   affiché.   Si  vous  ne
              spécifiez pas la taille des données hping utilisera
              la taille de la signature comme taille des données.
              Cette option peut être utilisée  sans  risque  avec
              l’option  –file  filename  ,  l’espace  de données
              restant sera rempli en utilisant le  fichier  file­
              name

       -j –dump
              Affiche les paquets en hexadécimal.

       -J –print
              Affiche  les  caractères  imprimables  des  paquets
              reçus.

       -B –safe
              Active le protocole safe, en utilisant cette option
              les  paquets  perdus  dans  un transfert de fichier
              seront renvoyés.  Par  exemple  afin  d’envoyer  le
              fichier  /etc/passwd depuis le système A au système
              B vous pouvez utiliser ce qui suit :
              [host_a]
              # hping2 host_b –udp -p 53 -d 100 –sign signature –safe –file /etc/passwd
              [host_b]
              # hping2 host_a –listen signature –safe –icmp

       -u –end
              Si vous utilisez l’option –file  filename  ,  cela
              vous  dit  quand  la fin du fichier a été atteinte.
              D’ailleurs cela prévient que l’autre  côté  accepte
              plus   de  paquets.  S’il  vous  plaît,  pour  plus
              d’informations voir le fichier HPING2-HOWTO.

       -T –traceroute
              Mode traceroute. En utilisant cette  option  hping2
              incrémentera le ttl pour chaque paquet ICMP time to
              live 0 during transit  reçu.  Essayez  hping2  host
              –traceroute.   Cette  option  implique  –bind  et
              –ttl 1. Vous pouvez l’emporter sur le ttl à  1  en
              utilisant  l’option  –ttl.  Depuis 2.0.0 stable il
              affiche les  informations  de  RTT.   –tr-keep-ttl
              Garde  le  ttl  fixe en mode traceroute, ainsi vous
              pouvez contrôler simplement un noeud sur la  route.
              Par  exemple,  pour contrôler comment le 5ème noeud
              change  ou  comment  son  RTT  change  vous  pouvez
              essayer hping2 host –traceroute –ttl 5 –tr-keep-
              ttl.

       –tr-stop
              Si cette option est spécifiée  hping  quittera  dès
              que  le  premier  paquet qui n’est pas un ICMP time
              exceeded est reçu. Ceci émule mieux le comportement
              de traceroute.

       –tr-no-rtt
              Ne montre pas l’information RTT en mode traceroute.
              L’information du RTT des ICMP time  exceeded  n’est
            &

#160; même  pas calculée si cette option est positionnée.

       –tcpexitcode
              Quitte avec le champ tcp->th_flag du dernier paquet
              reçu  comme  code de retour. Utile pour les scripts
              qui ont besoin, par exemple, de savoir si  le  port
              999  de quelque système répond avec SYN/ACK ou avec
              RST en réponse à un SYN, i.e. le service est  lancé
              ou arrêté.

FORMAT DE SORTIE TCP
       Le format standard de sortie TCP est le suivant :

       len=46 ip=192.168.1.1 flags=RA DF seq=0 ttl=255 id=0 win=0
       rtt=0.4 ms

       len est la taille, en octets, des données  capturées  dans
       la  couche  liaison  de  données  en excluant la taille de
       l’entête de liaison de données. Ceci peut  ne  pas  corre­
       spondre  à  la taille du datagramme IP à cause du rembour­
       rage bas niveau de la couche liaison de données.

       ip est l’adresse ip source.

       flags sont les drapeaux TCP, R pour RESET, S pour  SYN,  A
       pour  ACK,  F pour FIN, P pour PUSH, U pour URGENT, X pour
       0x40 non standard, Y pour 0x80 non standard.

       Si la réponse contient DF l’entête IP possède le bit don’t
       fragment (ndt : ne pas fragmenter) positionné.

       seq  est  le numéro de séquence du paquet, obtenu en util­
       isant le port source pour les paquets  TCP/UDP,  le  champ
       séquence pour les paquets ICMP.

       id est le champ IP ID.

       win est la taille de la fenêtre TCP

       rtt est le "round trip time" (ndt : temps aller-retour) en
       millisecondes.

       Si vous exécutez hping en  utilisant  l’option  -V  de  la
       ligne de commande il affichera des informations supplémen­
       taires à propos du paquet, par exemple :

       len=46 ip=192.168.1.1 flags=RA DF seq=0 ttl=255 id=0 win=0
       rtt=0.4  ms  tos=0  iplen=40 seq=0 ack=1223672061 sum=e61d
       urp=0

       tos est le champ type de service de l’entête IP.

       iplen est le champ IP longueur totale

       seq et ack sont les numéros de séquence et  d’acquittement
       sur 32 bits dans l’entête TCP.

       sum est la valeur de la somme de contrôle de l’entête TCP.

       urp est la valeur du pointeur urgent TCP

FORMAT DE SORTIE UDP
       Le format standard de sortie est :

       len=46 ip=192.168.1.1 seq=0 ttl=64 id=0 rtt=6.0 ms

       La signification des champs est la même que  celle  de  la
       sortie TCP pour les champs de même nom.

FORMAT DE SORTIE ICMP
       Un exemple de sortie ICMP est :

       ICMP  Port  Unreachable from ip=192.168.1.1 name=nano.mar­
       moc.net

       Il est très facile  à  comprendre.  Il  commence  avec  la
       chaîne  "ICMP" suivie par la description de l’erreur ICMP,
       dans l’exemple Port Unreachable (ndt : port  non  accessi­
       ble). Le champ ip est l’adresse IP source du datagramme IP
       contenant l’erreur ICMP,  le  champ  name  est  simplement
       l’adresse  numérique  résolue  en  un nom (une requête dns
       PTR) ou UNKNOWN si la résolution a échoué.

       Le format ICMP de Time exceeded during  ou  de  reassembly
       est un peu différent :

       TTL  0  during  transit from ip=192.168.1.1 name=nano.mar­
       moc.net

       TTL 0 during reassembly from ip=192.70.106.25 name=UNKNOWN

       La  seule  différence est la description de l’erreur, elle
       commence avec TTL 0.

AUTEUR
       Salvatore Sanfilippo <antirez@invece.org>, avec l’aide des
       personnes  mentionnées  dans  le  fichier  AUTHORS  et sur
http://www.hping.org/authors.html

BOGUES
       Même  en  utilisant  les  options  –end  et  –safe  pour
       transférer  des  fichiers,  le paquet final sera rembourré
       avec des octets 0x00.

       Les données sont lues sans tenir compte  de  l’alignement,
       mais  l’alignement  est  imposé  dans  les  structures  de
       données.  Ceci ne sera pas un  problème  sous  i386  mais,
       alors  que  normalement les entêtes TCP/IP sont naturelle­
       ment alignées, cela peut créer des problèmes  a

vec  divers
       processeurs  et  des paquets malformés si il y a des accès
       non alignés quelque part dans le code (aucun avec  un  peu
       de chance).

       Sur  Solaris hping ne fonctionne pas sur l’interface loop­
       back. Ceci semble être un problème solaris,  comme  exposé
       dans la liste de diffusion tcpdump-workers, ainsi la libp­
       cap ne peut rien faire pour la supporter correctement.

VOIR AUSSI
       ping(8), traceroute(8), ifconfig(8), nmap(1)

TRADUCTEUR
       Denis Ducamp <Denis.Ducamp@groar.org>

                           2001 Aug 14                  HPING2(8)

Au sujet de l'auteur: Olivier Legras

Auteur de ce Blog, je partage quelques unes de mes notes que je juge utile à vous comme à moi. Je suis très heureux de voir que mon blog a de plus en plus d'affluence. Merci à vous!

Laissez un commentaire



Je soutiens

Publicité :)

Mes derniers tweets